(c) Région Bretagne, 2009 ; (c) Conseil général des Côtes-d'Armor, 2009

Bretagne, Côtes-d'Armor

Bréhat (île de)

Bateaux de servitude, de transport de marchandise et de passagers

Type de dossier : dossier sommaire objets mobiliers Date de l'enquête : 2009

Compléments de localisation

Numéro INSEE de la commune : 22016
Aire : Communes littorales des Côtes-d'Armor
Milieu d'implantation de l'édifice de conservation : en écart

Historique

Commentaire historique : D'après les recherches de l'abbé Louis Menguy et de Jean-Paul Colin, descendant d'une lignée d'armateurs de vedettes à passagers de Bréhat et ancien armateur lui même. Les documents du 17ème siècle signalent qu'à L'Arcouest 'on allumait un grand feu d'ajonc, signal habituel pour demander le passage'. Cependant, la traversée était souvent périlleuse. L'Extrait des registres mortuaires', relevé par l'abbé Louis Menguy, signale pour l'année 1674 'quatre femmes noyées venant du marché de Penpol, le mercredy dernier d'octobre'. 'Le 1er janvier 1794, 19 personnes ont péri en mer en voulant se rendre au marché de Paimpol, probablement en raison du mauvais temps'. La traversée s'effectua à la voile et aux avirons jusqu'au 1er quart du 20ème siècle. En 1880, Olier Colin assurait une liaison régulière avec le continent, avec son bateau le 'Pétrel'. Il était aussi patron du premier bateau de sauvetage de Bréhat 'Notre-Dame-de-Keranroux'. En 1890, son fils Jean Colin (1857-1929) prenait la relève à bord de 'L'Insulaire', du 'Moussaillon' et du 'Pétrel'. André Colin (1889-1945) poursuivit ce service et organisa le 1er voyage à Jersey avec la 'Fleur d'ajonc'.
Les premières vedettes motorisées provenaient - semble t-il - d'un armement de Saint-Malo qui assurait au début du 20ème siècle la liaison entre Dinard et la cité corsaire (1907), dont la 'Jeanne-d'Arc', équipée d'un moteur à explosion de 4 cylindres, 24 cv, construite à paimpol par le chantier Kerbiguet et appartenant à la société Lecoq-Zimmermann-Briand. Quelques voiliers reprirent du service pendant la guerre '14-18', en raison de la pénurie de carburant. La fréquentation touristique de Bréhat va cependant favoriser l'organisation d'un service de passage plus régulier, quatre fois par jour, avec une aide du Département, à partir du 2ème quart du 20ème siècle (1925). Le service de la Poste profita aussi au passage de la population locale. Le 15 juin1929, le Conseil Général des Côtes-du-Nord votait une subvention 'pour organiser un service régulier de vedettes à moteur desservant l'île de Bréhat à partir de l'Arcouest en Ploubazlanec'. Un contrat était passé avec André Colin, armateur le 29 juin 1931. Une 'cabane blanche', portant l'enseigne 'Vedettes de Bréhat', fut érigé à l'Arcouest pour délivrer les billets de passage. En 1933, les 'Vedettes bleues' de Jean Colin-Corlouer prenaient la relève et la concurrence se mettait en place entre différents armateurs. Dans les années 1970, la Chambre de Commerce remplaçait les cabanes par des guérites en pierre, louées à ces armateurs. Les vedettes assuraient aussi le transport maritime des marchandises à Paimpol et d'autres services pour les fêtes et les pardons. Les premiers armateurs furent Jean Colin (Vedettes bleues), Colin-Foinant (Vedettes bréhatines), Allainguillaume et Corlouer.
Actuellement, les deux derniers armateurs se sont regroupés pour faire une seule compagnie.
Pendant la seconde guerre mondiale, le 12 février 1942, la vedette 'Le Korrigan' partit avec 6 passsagers à bord pour l'Angleterre.
Certaines vedettes faisaient aussi le bornage et le transport des primeurs de Bréhat à Paimpol, dont la 'Marie-André', qui débarquait à partir de 1952 ses 30 tonnes de pommes de terre, sable, goémon et autres légumes au quai des Bréhatins à Paimpol et pour la cidrerie de Bréhat (Théo Kerjolis). Ce bateau prit le relais du 'Quintovic', bateau malouin qui faisait le cabotage entre la France et l'Angleterre.
La vedette 'Île de Bréhat, encore appelée 'La Vieille', fut le premier bateau de transport motorisé, avant le bateau la 'Jeanne d'Arc' d'un armement malouin, la 'Marie-André' et plus tard la 'Mylène'. La 'Vieille' allait prendre des gravillons à la cale de la 'Mère Corlouer' à Lézardrieux, provenant de la carrière du Moulin Mer (Hélary). La première barge de Bréhat fut mise en service par le Conseil Général en 1984. Le premier concessionnaire fut François Geffroy, puis Pierre Collinet, Bruno et Sylvain Corlouer. Les vedettes construites au début des années 1950 pour les armateurs provenaient du chantier Rolland de Primel-Trégastel (Plougasnou), hors la 'Paimpolaise' et la 'Messaline', construites par le chantier Yves Daniel à Paimpol. Avec les nouvelles vedettes en matériaux composites ou en métal, les vedettes de Bréhat disposent de plus de 1000 places pour le passage.
Toutes les anciens bateaux de service ont disparu à part le 'Ferless', étudié avant et après sa restauration complète. Deux bateaux ont été sélectionnés et étudiés : le 'Ferless' et le 'Mylène'. Deux demi-coques ont été étudiées : la 'Marie-André', et la 'Bretagne' et une maquette, celle du bateau de transport la 'Mylène'.

Vue du 'Ferless', dernier témoin des anciennes vedettes de passage, au Port-Clos avant restauration, en 1992 (inventaire du patrimoine naval, 1992)


Documentation

Bibliographie

MENGUY, Louis. Bribes d'histoire de l'archipel de Bréhat. Ile de Bréhat : Association pour la sauvegarde et l'entretien du patrimoine religieux de Bréhat, 2005, p. .

COLIN, Jean-Paul. Témoignage oral sur les bateaux de passage et de marchandise. Ile de Bréhat : 8 décembre 2008, Témoignage oral.



Annexes

  1. Extrait du témoignage de Jean-Paul Colin : les activités maritimes de Bréhat, pêche, vedettes de passage et bateaux de transport.
    Île de Bréhat, 8 décembre 2008.

    Après la seconde guerre mondiale, quatre armements se partageaient le trafic entre Bréhat et la côte : Colin-Foinant, Alainguillaume, Jean Colin-'Bicot' et Corlouer. Ils armaient en tout 12 bateaux, soit trois vedettes chacun. Corlouer armait le 'Germanique', 'Annaïck' et 'Le Rêve'. Louis Alainguillaume armait le 'Velda' (qui prit feu), 'L'Île de Bréhat' et un troisième navire. Jean Colin possédait la 'Lucette', 'Yvonne-Lucette' et 'Saint-Christophe'. Colin-Foinant armait le 'Jeannot', 'Fleur-d'Ajonc' (avant sa reconversion en pêche) et la 'Petite Bréhatine'. Trente marins travaillaient pour les vedettes. Ces bateaux étaient tous pontés, en raison de l'interdiction depuis 1960, de faire naviguer des passagers sur des bateaux creux.
    Les 'premiers armateurs dans les années 1950-60 étaient des commerçants : Kerjolis, Dubreuil et Colin, qui devaient pratiquer une 2ème activité pour survivre, entre le commerce et le transport des passagers et des marchandises.
    La vedette 'Jeannot', ancienne pinasse des Sables d'Ollone, longue de 14 mètres (3 cylindres diesel) pratiquait la pêche des praires en 1954-55 avec Jean Colin et Raphaël Véroux.
    L'une des premières vedettes à passagers : la 'Petite Mylène', construite en 1912, longue de 12 mètres ; deux autres bateaux gréés en sloop et motorisés (essence), 'L'Insulaire' et le 'Pétrel', construits après la 1ère guerre et la première 'Marie-André', avec un gréement mixte (grande voile et trinquette).
    La 'Fleur de Genêt', gréée en dundee, 18 mètres de long (construction Kerbiguet en 1922) transportait les pommes de terre et les pommes à cidre. Elle fut coupée en deux en revenant la nuit de Saint-Malo.
    Charles Le Bideau fut l'un des premiers marins pêcheurs à faire le crabe en Angleterre avec la 'Fleur d'Ajonc', construite en 1910, en pitchpin, par Kerbiguet. Elle a coulé à l'entrée du Guerzido.
    Le premier 'Saint-Christophe' fut construit dans les années 1920 au chantier Chevert de Paimpol. Il appartenait à René Colin et à son beau-frère Pierre Le Maillot. Le bateau fut perdu pendant la seconde guerre mondiale, en essayant de partit pour l'Angleterre.
    Le second 'Saint-Christophe' construit par Enest Sibiril à Carantec, fut le premier bateau équipé d'un moteur diesel du type Beaudouin. Il était souvent manoeuvré par Constant Le Cleuziat, dit 'Mazout'. Yves Corlouer a commencé au commerce sur les pinardiers, puis armé un voilier de travail avec un vivier le 'Saint-Pierre' pour faire la pêche aux crustacés aux Roches Douvres. Il a ensuite armé le bateau l'Horizon' pour les coquilles Saint-Jacques et enfin le la 'Messaline', toutes deux construites par le chantier Daniel de Paimpol. 'Pinson' pour la petite pêche côtière. L'armement Colin a fait naviguer de nombreuses vedettes à passagers dont la 'Marie-André' (avec un 'cul de poule'), le 'Pétrel' en 1949, l'Hirondelle', la 'Fauvette', la 'Mésange' en 1956, la 'Bréhatine', construite en 1960 par le chantier Rolland de Primel (24 tonneaux, avec une cabine à l'avant), la 'Bretagne', la 'Paimpolaise' et la 'Messaline', construites au chantier Daniel de Paimpol.
    Jean-Paul Colin évoque aussi le 'Roche-Gautier' donnée en dommages de guerre (construction Roland, même caractéristiques que la 'Marie-André'), qui fit le ravitaillement des phares et prit la relève du 'Fleur d'ajonc'. Ce dernier navire mixte participa au balisage de la côte avec André Colin (1889-1945). En 1944, pendant la guerre, L'Hom Daniou' réussit à sauver 'l'Ile de Bréhat 1' (la 'Vieille') et la 'Fleur D'ajonc'. En effet, les vedettes étaient toutes réquisitionnées par les Allemands.
    Jean-Paul Colin a armé la 'Mylène' (37 tonneaux) pour le transport des marchandises entre Bréhat et Paimpol. Le bateau de charge fut construite par Roland en 1967. Il a participé au remblayage de la chambre en utilisant deux vergues et un 'crapaud'.
    Jean-Paul Colin a aussi travaillé sur le projet d'un catamaran, le 'Rosédo' (49 tonneaux), construit en 1992 à Carantec par Alain Sibiril, avec un moteur en ligne Volvo. Ces nouvelles vedettes ont pris la relève des anciennes monocoques, avec des vedettes de capacité toujours plus grande, en raison de la forte demande touristique.


  2. Extrait du 'Journal de Paimpol', 1907

    C'est vendredi 14 juin, que la svelte, fine et élégante vedette, construite par M. A. Kerbiguet et appartenant à la société en nom collectif Lecoq-Zimmerman-Briand, apris ses premiers et bouillonnants ébats dans notre baie paimpolaise. Munie d'un moteur à explosions, 4 cylindres, d'une force effective de 24 CV, sortant des usines Panhard-Levasseur de Paris, la 'Jeanne-d'Arc', aux lignes si fines, s'est enfuie vers Bréhat, l'île aux rochers merveilleux, qui mire la rosée de ses teintes dans l'azur de la mer.


  3. L'armement Corlouer

    Pierre Corlouer se lança à la fin des années 1920 dans le trafic des passagers entre Bréhat et l'Arcouest. Ce fut une période de rude concurrence. Avant la guerre 1939-45, Pierre Corlouer possédait 'l'Annaïck 1', surnommée 'Le Bossu' qui eut une longue carrière et ensuite 'l'Annaïck' II'. En 1952, l'Hirondelle' a pris la relève de ces vedettes. En 1957, au décès de Pierre Corlouer, son fils Robert prit la suite et assura le passage avec l'Hirondelle' et l'Etoile filante', mise en service en 1953-54. Puis il arma la 'Messaline', construite par le chantier Daniel. A Robert Corlouer, décédé en août 1985, succédèrent ses deux fils Bruno et Didier. Le service continua avec la 'Messaline' et le 'khéops', catamaran construit par le chantier Bernard de Locmiquélic. En 2000, le 'Cupidon', construit par le chantier Océa de Saint-Nazaire, fut mis en service.


  4. L'armement Colin

    Depuis 1880, Olivier Colin assurait à la voile le passage de l'Arcouest. Le nom de Colin était déjà cité au 17ème siècle comme 'batelier' sur l'Isle de Bréhat. L'armement Colin eut plusieurs vedettes à voiles, le 'Petrel' qui faisait aussi la pêche et le transport du goémon pendant l'hiver (activité souvent complémentaire) et 'l'Insulaire'. La 'Petite Bréhatine' fut mise en service en 1910 et la 'Fleur d'Ajonc', la même année pour en particulier le transport de graviers pour l'entreprise Brujas. Elle fut ensuite vendue pour la pêche à Charles Le Bideau. 'La Grande Bréhatine' et la 'Petite Mylène' furent réquisitionnées en 1940. Le 'Ferless' était l'annexe du 'Fleur d'Ajonc' (bateau étudié). La 'Fleur de genêt' fut construite en 1921 au chantier Kerbiguet de Paimpol (voile et moteur). Elle desservit aussi Saint-Quay-Portrieux, Binic et Dahouët. Hors saison, elle pratiquait le petit cabotage comme le transport de charbon et les pommes à cidre pour St-Malo et la Rance. Elle coula le 6 septembre 1934, abordée par le langoustier 'Clothilde', mais l'équipage fut sauf.
    On peut encore citer le 'Saint-Christophe', à René Colin et Pierre Le Maillot, construit dans les années 1920 par le chantier Chevert de Paimpol. Le 'Saint-Christophe II fut construit à Carantec par le chantier Sibiril, grâce aux dommages de guerre, premier bateau équipé d'un moteur diesel, commandé par Constant Le Cleuziat, l'ancienne pinasse des Sables d'Olonnes 'Jeannot' et 'Véga', la 'Paimpolaise', capitaine Georges Vautier.
    Les vedettes plus modernes furent construites au chantier Rolland de Primel dans les années 1950-60 pour l'armement Colin, dont la 'Mylène' en 1967 pour Jean-Paul Colin (transport des passagers et des marchandises). Puis le bateaux en bois cédèrent la place en 1983 à de nouveaux types de bateau, dont 'Enez Vriad' et le 'Monte-Christo', le catamaran 'Rosédo', long de 24 mètres, construit par le chantier Sibiril de Carantec et la 'Bréhatine'. En 1999, l'armement Colin fit transformer une ancienne vedette construite à Toulon en 1984 par le chantier Sibiril de Carantec pour rejoindre la flottille.


  5. L'armement Marchand

    Albert Marchand tenait le débit 'La Chaumière' à Paimpol sur le front de port. Il possédait deux sabliers et lança pour ses enfants en 1950 les 'Vedettes vertes'. L'entreprise était gérée par Madame Marchand qui tenait aussi le restaurant 'La Potinière' au Guerzido.
    Il y eut quatre 'vedettes vertes' : 'René-Maria', 'Angevine', 'Marie-Louise' et 'Orion'. Ces vedettes assuraient en complément la desserte de Saint-Quay-Portrieux et de Tréguier pour le pardon de saint-Yves. L'armement des vedettes Le Marchand ne dura cependant qu'une année pour des raisons de concurrence commerciale.


  6. Le naufrage de la vedette 'L'Aide-Toi' en 1955

    Le 15 août 1955, la vedette blanche 'l'Aide-Toi', pinasse de 33 tonneaux, longue de 15 mètres, qui effectuait le tour de l'île, éperonna un rocher, face à la 'Chaise de Renan', dans les conditions d'une brume épaisse. Elle tenta de faire marche arrière pour s'échouer en vain. Sous le choc, une dizaine de passagers furent précipités à la mer. Avec le patron Théophile Véroux, 13 passagers, dont six enfants, trouvèrent la mort dans ce drame. Deux coups de canon tirés par le sémaphore avaient lancé le signal de détresse. L'office marial du 15 août à la chapelle Notre-Dame-de-Keranroux fut perturbé : Monseigneur Guérin sortit précipitamment, suivi des médecins sur la côte. L'Yvonne Lucette', pilotée par le patron Georges Vautier, arriva peu de temps après sur les lieux et recueillit les premiers naufragés. Il y eut 45 rescapés. La famille Millet et plusieurs Bréhatins parvinrent à sortir de l'eau et à sauver une quinzaine de personnes. Ce naufrage fut le premier enregistrée par le service des 'Vedettes de Bréhat.


  7. L'armement Kerjolis-Allainguillaume-Floury

    Théo Kerjolis (1877-1932) assurait aussi le passage au début du 20ème siècle. L'activité de l'entreprise continua avec le bateau 'La Vieille' de Louis et Yves Allainguillaume, Maillot et Théophile Véroux. Dés 1934, En avril 1945, la répartition des activités se faite entre les quatre enfants Kerjolis. Cette stratégie d'orientation familiale organisa la répartition des activités :
    Yves Kerjolis se réserva le commerce du bois, cidre, blé et charbon. Il possédait une cidrerie au Port-Clos. Par la suite, il eut une entreprise de mareyage et disposait d'un parc à praires et à huîtres et un vivier dans le Carpont. Il conservait aussi pour la vente des ormeaux achetés aux pêcheurs à pied.
    Bernadette Kerjolis, épouse de Louis Allainguillaume eut le service 'passagers'. Leur fille, Gisèle, épousa en 1954, Jean Floury de Ploubazlanec, qui développa le transport maritime 'Floury' avec son fils Thierry.
    Françoise Kerjolis, épouse d'Yves Allainguillaume dit 'P'tit Nest', eut le transport des marchandises avec la vedette 'Ile de Bréhat', appelée 'La Vieille' et la 'Marie-Françoise', aujourd'hui en activité en Angleterre.
    Bien avant la guerre, dés 1934 environ, la famille Kerjolis était propriétaire de la vedette 'L'Ile de Bréhat II', dite 'Flirt'. Le patron en fut Raphaël Quintric durant de nombreuses années. Autre vedette, la 'Velda'. Elle fut détruite au Port-Clos par les soldats allemands. Deux autres unités sont aussi à signaler : 'Winifred 1 et 2'. Après guerre, Louis Allainguillaume mit en service les vedettes 'Breizh-Izel', qui avait fait plusieurs voyages de Douarnenez à la côte anglaise, pendant l'occupation. Elle fut remplacée en 1953 par la 'Fauvette', construite au chantier Rolland de Plougasnou. Cette vedette est toujours en activité à Morgat.
    Une autre vedette 'l'Aide-toi', qui coula en 1955 et fut remplacée par la 'Mésange', construite également par Rolland. Elle est partie plus tard à l'Ile de Ré. L'armement Floury fit naviguer ensuite 'La Bretagne' et l'Algue' (construite en avril 1992 par le chantier Bernard)..




Illustrations

Doc. 1
Voiliers de passage à la 1ère cale du Port-Clos, 1er quart 20ème siècle : bocks et sloops avec mat de flèche (carte postale, collection particulière)
Doc. 2
Voiliers de passage au Port-Clos, à la 1ère cale, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 3
Voiliers de passage au Port-Clos en 1902, à la 2ème cale (carte postale, collection particulière)
Doc. 4
Construction d'un bateau sur la grève de Nod Goven pour l'armement Ninon, 1er quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 5
Embarquement à bord d'un sloop à la cale de mi-marée de Bréhat en 1908 (carte postale, collection particulière)
Doc. 6
L'embarcadère pour Bréhat, à Paimpol, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 7
L'arrivée du 'passeur' à Bréhat, au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle : Colin à la barre de son sloop (carte postale, collection particulière)
Doc. 8
L'arrivée du courrier à Bréhat, au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 9
Vue de la Petite 'Mylène', vedette à passagers, 1er quart 20ème siècle (AD 22)
Doc. 10
Vue de la vedette 'Mylène', bateau à passagers, au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 11
Vue de la vedette la 'Petite Mylène' (collection particulière)
Doc. 12
Vue de la Petite 'Mylène' et de la 'Vieille', bateaux à passagers entre Bréhat et l'Arcouest, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 13
Vue de la Petite 'Mylène', bateau à passagers entre Bréhat et l'Arcouest, 1er quart 20ème siècle (carte postale, AD 22)
Doc. 14
Vue de la vedette 'Fleur d'Ajonc', avec le patron Albert André Colin, 1er quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 15
Petites vedettes motorisées au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (AD 22, Barat)
Doc. 16
Vue de la vedette de transport 'Fleur de genêt' à la 1ère cale du Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (AD 22, Barat)
Doc. 17
Vue de la vedette de transport 'Fleur de genêt' dans le clapot de Bréhat, 1er quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 18
Débarquement des marchandises à la 1ère cale : la 'Vieille', surnom de la 1ère vedette de transport motorisée ''Île de Bréhat', et derrière la 'petite Bréhatine', en fer, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 19
Déchargement avec mât de charge d'un sloop, avec à flot, plusieurs vedettes de passage, dont la vedette 'Île de Bréhat' au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 20
La 'Petite Bréhatine' au Port-Clos, 1er quart 20ème siècle : remarquer les fagots d'ajonc sur le quai (carte postale, collection particulière)
Doc. 21
Déchargement avec charrettes à la 1ère cale du Port-Clos, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 22
Embarquement à l'Arcouest pour Bréhat entre voilers et vedettes de passage, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 23
Vue du Port-Clos, à marée basse, avec les bateaux de service échoués, dont le 'Marnicot', 1ere quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 24
Vedettes de charge et de transport des passagers au Port-Clos, qui a conservé son grément, 1er quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 25
Vue de la vedette le 'Vieille', patron Théo Kerjolis, qui a conservé son gréement (mât et bôme) et le 'Petite Mylène', 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 26
Débarquement la 1ère cale de Bréhat : la 'Vieille' et la 'Velda', 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 27
Débarquement à la 1ère cale de la vedette 'Jeannot' et derrière la vedette 'Germanic' à Corlouer, 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 28
Vedette de passage le 'Saint-Christophe', avec à la barre Constant Le Cleuziat, 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 29
Vue de la vedette 'Jeannot', patron Jean Colin, 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 30
Baptême de la première vedette motorisée 'Ile de Bréhat', 2ème quart 20ème siècle, avant guerre (carte postale, collection particulière)
Doc. 31
Débarquement au Port-Clos, 2ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 32
Vue du bateau de transport de l'armement 'Les vedettes bréhatines', au quai de Paimpol, en août 1931(carte postale, collection particulière)
Doc. 33
Le port-Clos avec les anciennes vedettes désarmées, vers 1950 (carte postale, collection particulière)
Doc. 34
Vue du Port-Clos et de la vedette de marchandise 'Marie-Françoise', 3ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 35
Vedettes de Bréhat au Port-Clos, vers 1950-60 : la 'Marie-André' avec Paul Raoul dans l'annexe, 'L'Aides-toi' à Alainguillaume, 'Yvonne-Lucette' à Jean Coin-Bicot et l'Hirondelle' à Pierre Corlouer (carte postale, collection particulière)
Doc. 36
L'ancienne vedette 'Vega' désarmée au Port-Clos, 3ème quart 20ème siècle (carte postale, collection particulière)
Doc. 37
Vedettes de Bréhat au Port-Clos, vers 1950-60 (carte postale, collection particulière)
Doc. 38
Vue d'une vedette dans le 'raz du Paon', 3ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 39
Vue du bateau de transport de vrac et de marchandise la 'Mylène', vers 1980 (collection particulière)
Doc. 40
Vue du bateau de transport 'la Mylène' arrivant au Port-Clos, 3ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 41
Vedettes motorisées à la 2ème cale, dont la 'Vega' et le 'Pétrel', vers 1960 (carte postale, collection particulière)
Doc. 42
Vue de la vedette 'Bréhatine, 4ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 43
Levage de la vedette 'Bréhatine à Paimpol, 4ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 44
Vue des formes de l'avant de la vedette 'Bréhatine, 4ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 45
Levage de la vedette 'Marie-André', au port de Paimpol, 4ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 46
Vue des formes de l'avant de la vedette 'Marie-André', au port de Paimpol, 4ème quart 20ème siècle (collection particulière)
Doc. 47
Vue de la vedette 'Rosédo' à l'échouage (collection particulière)
Fig. 1
Vue du 'Ferless', dernier témoin des anciennes vedettes de passage, au Port-Clos avant restauration, en 1992 (inventaire du patrimoine naval, 1992)

Voir

Bréhat (île de), Présentation de la commune de Bréhat
Bréhat (île de), Bateau de charge : la 'Mylène'
Bréhat (île de), Maquette : demi-coque de la vedette 'Marie-André'

(c) Région Bretagne, 2009 ; (c) Conseil général des Côtes-d'Armor, 2009. Chercheur(s) : Prigent Guy. Renseignements : Centre de Documentation de l'inventaire du patrimoine culturel, Tél. : 02 22 93 98 29 / 31 / 40. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (Région Bretagne, SINPA) / Yves Godde (Ville de Lyon)