Inventaire général du patrimoine culturel
inventaire préliminaire

Bretagne, Côtes-d'Armor

Pleumeur-Bodou, Ile d'Aval

Espace insulaire : Ile d'Aval

Type de dossier : ensemble Date de l'enquête : 2006

Désignation

Dénomination : paysage

Compléments de localisation

Référence(s) cadastrale(s) : AD
Numéro INSEE de la commune : 22198
Aire : Communes littorales des Côtes-d'Armor
Canton : Perros-Guirec
Milieu d'implantation : isolé

Historique

Commentaire historique : L'Ile d'Aval couvre un territoire d'environ 6 hectares, divisé aujourd'hui entre de nombreuses parcelles (16). Elle est située à l'est de l'Île Grande, proche du littoral sud de Keralies et des îlots de l'Île au Mouton et Enez Vihan. On peut trouver des vestiges archéologiques sur l'île : menhir en granite situé dans une parcelle ceinte de murets en pierres sèches et croix monolithe. Le Roi Arthur serait enterré sous ce mégalithe : selon la tradition orale, un cultivateur aurait trouvé une quarantaine de squelettes au pied du menhir. Ce fut le de Félix Le Dantec qui signala en 1878 à la Société d'Anthropologie de Paris la présence de ces squelettes au crâne allongé (dolicéphales), témoin de cet habitat du Haut- Moyen Age. Vers le 6ème siècle, des moines y auraient construit un monastère. Au centre de l'île s'élevait une chapelle dédiée à saint marc. Il semble que la pierre de Guéradur oit l'ancien autel de la chapelle disparue. D'autre part, on peut remarquer les traces sur la partie nord-ouest de l'Île d'une ancienne allée charretière, utilisée par les goémoniers et les carriers, et des pierres de lest abandonnées par les navires de charge. L'extraction de granite et de sable ("traez") sur l'estran est visible sur la face nord et ouest de l'île. A l'intérieur de l'île, on peut remarquer d'anciens petits édifices en bon état : puits, fontaine, crèches, et un ancien bâti domestique, occupé depuis le 19ème siècle jusqu'en 1950 par une famille de cultivateurs et 2 familles de carriers. L'île est aujourd'hui une propriété privée. Toponymie : la plage située en face de l'Île d'Aval entre Penvern et Landrellec s'appelle "Hegger Keo". "Logoden an Aval" : la Petite Souris de l'Ile d'Aval.
Datation(s) principale(s) : Mésolithique ; Haut Moyen Age ; 1er quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle

Description

Commentaire descriptif : L'Ile d'Aval couvre un territoire d'environ 6 hectares, divisé aujourd'hui entre de nombreuses parcelles (16). Elle est située à l'est de l'Île Grande, proche du littoral sud de Keralies et des îlots de l'Île au Mouton et Enez Vihan. L'Île est bordée de murets littoraux en pierres sèches, murets de clôture que l'on retrouve dans l'espace intérieur, pour délimiter les parcelles. L'île est en grande partie boisée avec des résineux d'implantation récente, mais elle a su conserver les plantations indigènes en bord de côte (Atriplex Halimus, aubépine, pruneliers, ajoncs et genêts).

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété privée

Vue générale de l'île d'Aval, façade sud, depuis Keralies : remarquer le boisement de l'île
Extrait du cadastre de 1819 : Île d'Aval (AD 22)


Annexes

  1. Extrait de "Voyage en France", Hardouin-Dumazet, 1896, "L'île Grande et son archipel", p 75-76

    Autour du petit estuaire formé par le ruisseau, voici Pen-an-Guern, Kermor-Hézan, Run-an-Guern, hameaux habités par des carriers venus de l'île Grande. L'exploitation de la pierre est l'industrie du pays, elle fait vivre des milliers de personnes. A Pen-an-Guern, on traverse le petit cours d'eau pour longer les rives d'une vaste baie en ce moment à sec, formée d'un sable résistant sur lequel les voitures peuvent passer pour aller chercher des pierres dans les diverses carrières. De la baie surgissent de nombreux mamelons rocheux qui, à haute mer, seront autant d'îles. Les plus importants sont l'île d'Aval et l'île d'Erc'h. Les autres sont Morvil au large, parmi les récifs, l'île Goulmedec. Seule 'île d'Aval a quelque verdure et une ferme, dont le toit rouge vif se détache crûment sur le fond vert des prés et des champs. On croit que c'est l'île d'Avalon ou Agalon, où fut enterré le roi Arthus, attiré dans cet îlot par les enchantements de la fée Morgane.




Illustrations

Des. 1
Extrait du cadastre de 1819 : Île d'Aval (AD 22)
Fig. 2
Vue sur l'Île-Grande et l'Île d'Aval à l'est (collection particulière)
Fig. 3
Vue aérienne de l'Île d'Aval : rochers travaillés sur la côte est (Paris, UTL Lannion)
Fig. 4
Vue générale de l'île d'Aval, façade sud, depuis Keralies : remarquer le boisement de l'île
Fig. 5
Vue générale de la partie ouest de l'Île d'Aval et de son estran
Fig. 6
Ancienne allée charretière menant de la grève à l'île d'Aval, façade nord-est
Fig. 7
Vestiges de quai en pierres sèches, face sud de l'Île d'Aval
Fig. 8
Le haut de l'estran : île d'Aval, façade nord-est
Fig. 9
Pierres de lest sur l'estran
Fig. 10
Traces d'extraction sur l'estran
Fig. 11
Murets littoraux en pierres sèches : remarquer les plantations littorales (arbustes atriplex)
Fig. 12
Murets de défense littorale en pierres sèches
Fig. 13
Anciens murs de clôture en pierres sèches dans l'île
Fig. 14
Ancienne fontaine de l'île
Fig. 15
Ancien puits en pierre de taille
Fig. 16
Anciennes crêches en granite de l'île (moellons et pierres de taille)
Fig. 17
Croix mérovingienne à côté d'un muret de clôture

Voir

Pleumeur-Bodou, Présentation de la commune

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil général des Côtes-d'Armor. Chercheur(s) : Prigent Guy. (c) Inventaire général, 2006 ; (c) Conseil général des Côtes-d'Armor, 2006. Renseignements : CID-documentation patrimoine, 6 rue du Chapitre, CS 24405, 35044 Rennes CEDEX, Tél. : 02-99-29-67-61. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (DRAC Bretagne) / Yves Godde (Ville de Lyon)