Inventaire général du patrimoine culturel
inventaire préliminaire

Bretagne, Côtes-d'Armor

Pleumeur-Bodou, Morvil (île)

Carrières de l'Île Morvil

Type de dossier : ensemble Date de l'enquête : 2006

Désignation

Dénomination : carrières
Partie(s) constituante(s) non étudiée(s) : maison ; abri

Compléments de localisation

Référence(s) cadastrale(s) : Domaine Public Maritime
Numéro INSEE de la commune : 22198
Aire : Communes littorales des Côtes-d'Armor
Canton : Perros-Guirec
Milieu d'implantation : isolé

Historique

Commentaire historique : L'Île Morvil située au nord de Port Gélin a été intensivement exploitée comme carrière dés la moitié du 19ème siècle. Elle était accessible par trois passes en bateau, dont les passes principales de Bigedes et Goulmedec.
On peut encore voir les traces de cette extraction sur tout le pourtour de l'île du nord-ouest au sud, face à Port Gélin (plus intense au nord-est qu'au sud-ouest), en front de taille sur l'île ou sur l'estran (déchets des carrières). Le phare des Héaux de Bréhat a été édifié avec des pierres de tailles extraites de cette île (1836-1839). Les bateaux venaient charger sur l'estran sableux du sud-ouest à l'abri de l'île, alors que l'extraction se faisait essentiellement sur le flanc opposé. L'extraction du granite bleu, type Île-Grande, qui caractérise cette île, a continué longtemps après cette date. L'importance des vestiges d'ancien bâti en pierre de taille, témoigne de la présence humaine sur l'île, habitée par des carriers et des goémoniers. Les goémoniers fréquentaient l'estran de Morvil pour ramasser le lichen et les laminaires, brûlés dans des fours à soude. Nous n'avons pas pu découvrir les deux fours restants, mais leur présence est attestée par d'autres observateurs. Une source d'eau douce existait sur l'île, qui permettait d'y vivre un certain temps. L'Île Morvil est aujourd'hui abandonnée. Des murets littoraux sont encore présents en état sur l'île, avec pour fonction, soit d'abriter les carriers du vent, soit pour enclore un jardin ou un petit élevage. La végétation est néanmoins peu présente sur l'île, défrichée pour le besoin des carrières.
Datation(s) principale(s) : 19e siècle

Description

Commentaire descriptif : L'île a une superficie de 5 hectares et une forme allongée, qui s'étire du nord au sud, avec un faciès rocheux important et des micro-falaises de galets à l'ouest. Elle est entourée d'un estran sablonneux. A marée haute, la partie émergée, divisée en deux par une étroite crête de galets blancs, n'a plus que 300 mètres de long sur une largeur maximum de 100 mètres. Elle est distante d'un 1/2 mille de Port Gélin. Les habitations à l'état de vestiges qui témoignent d'une ancienne présence humaines ont un plan rectangulaire, sans étage apparent.
Etat de conservation : désaffecté ; vestiges

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété de la commune

Vue générale de l'île côte sud face à Port Gélin


Annexes

  1. Témoignage de Alexandre Frélot sur les goémoniers de Pors Gélin et de Morvil (synthèse d'après les recherches de l'UTL de Lannion)

    A port Gélin et à Morvil, il y avait de petites maisons aux toits rouges. Vivaient là des gens venus de Plouguerneau. Les ""Le Pors" entre autres. Ils coupaient les algues à l'aide de faucilles munies d'un long manche et les chargeaient sur les "youyous", un long bateau noir. Ils déchargeaient à Pors Gélin. Toute la famille participait, hommes et femmes. Les goémons secs étaient brûlés dans des tranchées de 1 m, 1, 20 m de profondeur, tapissées de blocs de pierres dans le fond et tout autour. Quand les vents venaient de l'est, l'épaisse fumée empestait les champs de pommes de terre au grand dam des propriétaires qui piquaient des colères. Les blocs de goémon brûlés donnaient des blocs que l'on appelait "la soude".


  2. L'Île Morvil à la fin du 18ème siècle

    Un peu au large de Keraliès, Il y a à un grand quart de lieue en mer l'isle Morric auprès de laquelle des bâtiments de 300 tonneaux peuvent mouiller des la mi-marée, et entrer par le grand canal : il y a un très bon mouillage où l'on est en toute sureté ; la mer dans les grandes marées quitte la côte jusqu'à cette isle où l'on peut aller pour lors de pied sec ; cette isle a près d'une lieue de tour (Arch. nat. Mar. D222, f°149 et Arch. Art. 3a 19, f°169).




Illustrations

Fig. 1
Vue aérienne de l'Île Morvil (Paris, UTL Lannion)
Fig. 2
Vue générale de l'île côte sud face à Port Gélin
Fig. 3
La partie nord-ouest de l'île Morvil : on aperçoit à l'ouest le Rocher du Corbeau
Fig. 4
L'estran sud de l'île à grande marée
Fig. 5
Aperçu d'une ancienne maison de carrier ou de goémonier au milieu de l'Île
Fig. 6
Vestiges d'une ancienne maison de carrier ou de goémonier
Fig. 7
Murets littoraux en pierres sèches
Fig. 8
Un rocher entaillée par un extracteur
Fig. 9
Pierre de granite en partie taillée et abandonnée sur place
Fig. 10
Déchets de taille
Fig. 11
Front de taille au sud-ouest de l'île
Fig. 12
Ancien abri de carrier sur la côte sud-est de l'île

Voir

Pleumeur-Bodou, Présentation de la commune
Pleumeur-Bodou, Ile Grande, Carrières de l'Ile Grande et de Pleumeur-Bodou

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil général des Côtes-d'Armor. Chercheur(s) : Prigent Guy. (c) Inventaire général, 2006 ; (c) Conseil général des Côtes-d'Armor, 2006. Renseignements : CID-documentation patrimoine, 6 rue du Chapitre, CS 24405, 35044 Rennes CEDEX, Tél. : 02-99-29-67-61. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (DRAC Bretagne) / Yves Godde (Ville de Lyon)