inventaire préliminaire

Bretagne, Côtes-d'Armor

Trébeurden, Molène (rue de)

Hôtel de voyageurs dit Hôtel Bellevue, actuellement immeuble à logements

Type de dossier : individuel Date de l'enquête : 2006

Désignation

Dénomination : hôtel
Appellation et titre : dit Hôtel Bellevue
Destinations successives et actuelles de l'édifice : hôtel ; immeubles à logements

Compléments de localisation

Référence(s) cadastrale(s) : Al 427-426
Numéro INSEE de la commune : 22343
Aire : Communes littorales des Côtes-d'Armor
Canton : Perros-Guirec
Milieu d'implantation : en village

Historique

Commentaire historique : L'Hôtel Bellevue a été construit vers 1910-1911 au lieu-dit "Chrec'h Héry" et a ouvert officiellement le 24 juin 1911, sous la direction de Joséphine Le Gaffric. Il a été réaménagé plusieurs fois au cours de la 1ère moitié du 20ème siècle (en 1922, en 1926 et en 1931), avec deux ailes rajoutées, rehaussées de plusieurs étages ; deux bâtiments annexes ont complété par la suite son offre d'hébergement. Avant la guerre 1939-45, l'hôtel disposait de 105 chambres en totalité. La succession de l'hôtel a été assurée par la fille de Madame Le Gaffric, Suzanne, épouse Romaingeis, qui a tenu cet établissement avec son mari jusqu'à son décès en 1966. La petite fille de Joséphine Le Gaffric, Madeleine Boivin a poursuivi ensuite la gestion de l'hôtel avec sa soeur Maryse et son frère Yves-René. L'Hôtel Bellevue a terminé sa carrière en 1967 avant d'être vendu pour être transformé en appartements. Le bar "L'Artimon", situé en face de l'hôtel, rue de Molène, a été ouvert en 1949. Il fut également gèré avec l'hôtel jusqu'en 1967. L'ancien établissement "L'Artimon" est devenu la résidence principale de Madeleine Boivin, après quelques travaux d'aménagement. Les fresques peintes par Louis Garin (1888-1959) dans la salle de l'Hôtel Bellevue sont restées la propriété du nouvel acquéreur : elles racontent une partie de la vie maritime de la Côte de Granit Rose, à une époque où les touristes côtoyaient encore les activités traditionnelles du littoral trégorrois et participaient aux régates locales, en s'initiant à la pêche sportive de loisir (notamment la pêche au thon) et aux bains de mer.
Datation(s) principale(s) : 1er quart 20e siècle

Description

Commentaire descriptif : Edifice construit en granite à l'angle de la rue de Molène et de la corniche de Goaz-Trez. Composé de quatre corps de bâtiment juxtaposés et de hauteur différente, il présente trois décrochements et onze travées de baies du côté de la rue de Molène et neuf travées de baies du côté de la corniche de Goaz-Trez. Chaque corps de bâtiment est composé d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée, de deux étages ou trois étages carrés et d'un étage de comble éclairé par des lucarnes-pignon au sud-ouest et au nord-est. Les élévations orientées vers la mer, du côté de la rue de Molène, présentent plusieurs portes-fenêtres précédées d'un balcon.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : granite ; ciment ; moellon
Matériau(x) de couverture : ardoise
Vaisseau(x) et étage(s) : sous-sol ; rez-de-chaussée ; 2 étages carrés ; 3 étages carrés ; étage de comble
Parti d'élévation extérieure : élévation à travées
Type de la couverture : toit à longs pans brisés ; croupe brisée ; croupe ; noue
Etat de conservation : restauré ; remanié

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété privée

Vue générale


Annexes

  1. L'Hôtel Bellevue de Trébeurden (synthèse proposée par Guy Prigent d'après le témoignage de Madeleine Boivin, née en 1922 à Trébeurden) :

    L'Hôtel Bellevue a ouvert le 24 juin 1911 sur l'initiative de Joséphine Gaffric, née Le Bihan, grand-mère de Madeleine Boivin. Celle-ci fut d'abord cuisinière auprès de l'Hôtel de la Plage et acheta le terrain de l'hôtel en 1905. Pendant la guerre 1914-1918, quatre hôtels de Trébeurden servaient d'hôpital et de lieu de convalescence pour les soldats blessés au front ; c'est dans ces circonstances que Suzanne Le Gaffric rencontra son futur époux Geis. Après le décès de Suzanne Geis, ses enfants ont pris le relais de la gestion de l'hôtel jusqu'en 1966. C'était surtout le climat du bord de mer, favorable à la santé, vanté par ses habitués, qui fit connaître la station touristique et ses sept plages entre les deux guerres (guide touristique de Trébeurden, édité par Aubert et la Bretagne touristique). Le Syndicat d'initiative de Trébeurden avait été fondé en 1929 par des hôteliers de la commune. Son objet est "d'étudier les mesures qui peuvent contribuer à développer la prospérité de Trébeurden et provoquer les améliorations susceptibles d'y attirer les touristes". le tronçon de la fameuse "Corniche Bretonne" Perros-Guirec-Trégastel-Sainte-Anne est terminé en 1927 ; le tronçon de Trégastel-Sainte-Anne-Trébeurden est achevé en 1932 (Guide touristique de Perros-Guirec). En 1937, la corniche est prolongée jusqu'à Pors-Mabo.

    L'appellation "Côte de Granit Rose" est un produit d'appel exceptionnel : de 1932 à 1938, les stations de la Côte de Granit Rose concentrent près de la moitié du flux touristique des Côtes-du-Nord et Trébeurden 26, 2 %, avec cependant des variations extrêmes non élucidées (en 1933, sa population a été multipliée par six). Plus de 30 hôtels et pensions de famille fonctionnaient à Trébeurden entre les deux guerres. En 1931, l'artiste peintre Louis Garin (1888-1959) commençait à prendre ses habitudes estivales sur la Côte de Granit rose, où il fréquenta particulièrement Trébeurden et l'Île-Grande, se liant d'une profonde amitié avec la famille Le Gaffric. Il peignit de nombreuses scènes maritimes sous la forme d'une grande fresque qui vint décorer la grande salle de l'hôtel Bellevue.

    En 1953, un article du docteur Le Goff faisait la promotion de Trébeurden dans le "Journal Français de Genève". Avant la seconde guerre mondiale, l'hôtel Bellevue offrait 60 chambres en 1926, après avoir rehaussé d'un étage la partie centrale et les deux ailes et 105 chambres dix ans plus tard, avec les deux bâtiments annexes, et l'agrément en plus d'un tennis. L'édifice "L'Artimon", situé en face, rue de Molène (ancien bureau de tabac), fut acquis en 1942 et transformé en bar en 1949. L'Hôtel Bellevue arrêta son commerce en 1967 et fut transformé en appartements. Par la suite, à l'emplacement de "l'Artimon", Anne et Bernard Vaxelaire ouvrirent un restaurant qui fonctionna jusqu'en 1976, avant de devenir une habitation privée à l'usage de Madame Boivin.

    C'est en 1947 que le premier thon rouge pêché en baie de Lannion attira une clientèle nombreuse française et américaine à Trébeurden et en particulier à l'Hôtel Bellevue, et que fut créée en 1948 l'association le "Thon club", dont Félix Boivin assura le secrétariat, jusqu'à la disparition brutale de la sardine (dont était friand le gros poisson) en baie de Lannion au début des années 1950. Le projet d'un centre international de pêche sportive du "gros" déçut les ambitions du syndicat d'initiative et des hôteliers, mais contribua cependant à la renommée de l'Hôtel Bellevue, qui avait vu défiler une clientèle de qualité : le couple Lerner (américains précurseurs de la pêche sportive dans le monde, Charles Ritz (célèbre hôtelier), Guy Herpin (inspecteur général au Haut Commissariat au Tourisme, Fernand Aubry (célèbre visagiste parisien).

    Selon le témoignage de Madeleine Boivin, le tourisme aurait commencé à décliner à Trébeurden et sur la côte à partir du début des années 1960, à cause de l'engouement pour l'Espagne. En 1958, l'hôtel ne proposait plus que 80 chambres. Dans les années 1950-1960, le parc de Kernelly était déboisé et transformé en lotissements. Certaines grandes propriétés privées étaient démantelées.




Illustrations

Fig. 1
L'Hôtel Bellevue en 1911. Devant l'établissement à son neuvage : Joséphine Le Gaffric et sa fille Suzanne (collection particulière)
Fig. 2
Déclaration officielle d'ouverture de l'Hôtel Bellevue en mairie le 24 juin 1911 (collection particulière)
Fig. 3
Angéline Le Coz (Hôtel Ker-an-aod) et Joséphine Le Gaffric, vers 1946 (collection particulière)
Fig. 4
L'Hôtel Bellevue : la partie du milieu et l'aile droite avant 1914-18 (collection particulière)
Fig. 5
L'Hôtel Bellevue en 1922 : les deux ailes du bâtiment principal ont été rehaussées d'un étage (collection particulière)
Fig. 6
L'Hôtel Bellevue en 1931 : Les ailes des deux côtes ont été surélevées de 3 étages en tout, la partie du milieu dispose aussi de 2 étages, plus une annexe (collection particulière)
Fig. 7
Le château de Ker-Nelly, l'Hôtel Bellevue et le restaurant La Potinière sur la plage de Tresmeur 1931 (collection particulière)
Fig. 8
L'emplacement de l'Artimon au lieu dit Crec'h Héry : ancien bureau de tabac de Trébeurden, vers 1922 (collection particulière)
Fig. 9
L'aménagement mobilier du bar 'L'Artimon', de 1949 à 1967 (collection particulière)
Fig. 10
Fresque de Louis Garin dans l'hôtel Bellevue : scène de bal champêtre (collection particulière)
Fig. 11
Fresque de Louis Garin dans l'hôtel Bellevue : tailleur de pierre tournant la chanteperce pour percer un rocher (collection particulière)
Fig. 12
Fresque de Louis Garin dans l'hôtel Bellevue : scène goémonière sur la côte de Trébeurden, devant l'île Molène (collection particulière)
Fig. 13
Fresque de Louis Garin dans l'hôtel Bellevue : retour de pêche au port (collection particulière)
Fig. 14
Fresque de Louis Garin dans l'hôtel Bellevue : pêcheurs faisant sècher leurs filets à sardine (collection particulière)
Fig. 15
Le bar 'L'Artimon' vers 1949, face à l'Hôtel Bellevue (collection particulière)
Fig. 16
Aménagement du bar de l'Hôtel Bellevue, au milieu du 20ème siècle, avec les fresques de Louis Garin (collection particulière)
Fig. 17
Vue générale de l'ancien Hôtel Bellevue aujourd'hui
Fig. 18
Vue générale

Voir

Trébeurden, Les magasins de commerce et les hôtels de voyageurs sur la commune de Trébeurden
Trébeurden, Trozoul, Quartier de Trozoul
Trébeurden, Trozoul, C'hra Rouz (venelle de) ; Molène (rue de) 7, Annexes du Grand Hôtel Bellevue

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil général des Côtes-d'Armor. Auteur(s) : Prigent Guy. (c) Inventaire général, 2006 ; (c) Conseil général des Côtes-d'Armor, 2006. Renseignements : Centre de Documentation de l'inventaire, Tél. : 02.99.29.67.61 / 62 / 68. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (Région Bretagne, SINPA) / Yves Godde (Ville de Lyon)